Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 19:49


Et allez ! Depuis 24 heures, tout le monde ne parle plus que de ça, à 
croire que la crise financière s’est résolue dans la nuit !!!

Après France-Algérie en 2001, France-Maroc en 2007, c’est au tour du match France-Tunisie de faire parler de lui, plus pour l’ambiance électrique dans les gradins que pour la performance des joueurs sur le terrain.

Ô « outrage suprême envers la nation », la Marseillaise a donc été de nouveau sifflée, provoquant évidemment la colère du président et de son gouvernement… Et cet incident, qui n’est ni le premier, ni le dernier dans un stade de football, est en train de devenir le buzz de la semaine…


Alors je ne résiste pas à apporter mon modeste grain de sel : C’EST BIEN FAIT !!!

Oui, je pèse mes mots, et je précise que je suis française.

Attention, je ne cautionne pas le fait qu’un hymne national soit conspué, pour la bonne et simple raison qu’il n’y a rien de tel pour aviver les tensions entre communautés.

Mais de mon point de vue, il serait plus judicieux de faire preuve d’humilité :


                La France n’est-elle pas en train de récolter ce qu’elle a elle-même semé,
                                           et ce depuis plusieurs générations ?


Siffler l’hymne national d’un pays (où la majorité des supporters résident ou ont tissé des liens forts) lors d’un match retransmis en direct semble être devenu un moyen d’expression, peut être parce ce que le malaise, dont les racines sont profondes, ne peut s’exprimer ailleurs.

Alors quand j’entends ce soir Bernard Laporte, ministre des sports, monter sur ses grands chevaux, et proposer des sanctions (interruption des matchs et déploiement d’un dispositif de sécurité), je me dis que « là haut » au gouvernement, on ne s’intéresse qu’à la partie émergée de l’iceberg… Et qu’une fois de plus, la logique de répression prend le pas sur le dialogue, ce qui ne va pas dans le sens de l’apaisement des esprits.

Prenons donc un peu de recul, voire une posture « zen » de yoga. La France fait face à des sentiments d’hostilité, OK. Essayons de comprendre pourquoi…

Est-ce qu’éventuellement, par hasard, cela pourrait-il avoir un rapport avec…
(du plus ancien au plus récent)

  •       L’époque coloniale, l’exploitation des richesses naturelles et humaines des pays « annexés » de manière assez arbitraire par la France, des décennies durant.
  •       Les conflits meurtriers qui ont suivi la volonté de ces mêmes pays de redevenir indépendants.
  •      L’entrave au développement de certains pays africains par le soutien à des régimes dictatoriaux et corrompus, dans un but de profit économique (cf. par exemple les publications de l’association Survie sur le thème de la Françafrique : http://survie.org/).
  •      La non-reconnaissance à leur juste valeur des soldats étrangers ayant combattu dans les rangs de l’armée française pendant la seconde guerre mondiale. En effet, le montant de leurs pensions d’invalidité et de retraite restent bien inférieures à celles des soldats français, et ce même après l’effet d’annonce de Jacques Chirac suite à la sortie du film « Indigènes ».
  •       La dégradation croissante des conditions de vie dans les quartiers dits « sensibles », où vivent une majorité de personnes d’origine maghrébine ou africaine.
  •      Les discriminations subies par ces mêmes personnes dans l’accès à l’emploi, au logement, et l'insuffisance des moyens de lutte contre ce que l’on peut qualifier de « racisme ».

Et plus récemment...

  •    La création du « ministère de l’immigration et de l’identité nationale », et du concept « d’immigration choisie ».
  •      La politique répressive de N. Sarkozy via Brice Hortefeux envers les étrangers en situation irrégulière, les mauvais traitements infligés lors des interpellations ou au sein des centres de rétention.


La France, patrie des droits de l’homme ???

Lorsque pendant des années, on a créé les conditions de sentiments d’injustice, il ne faut pas s’étonner des rancœurs qui s’accumulent contre notre pays aujourd’hui…

Mais pour revenir à France-Tunisie, il ne faut pas non plus oublier le contexte « match de football ». Rassemblement de foule, esprits échauffés, présence des médias et de personnalités...
Tous les ingrédients étaient réunis pour faire monter la pression.

Essayons donc de remettre l’événement à sa juste place, celle d’un mouvement de jeunes supporters.
Mais en même temps d'entendre le message... 
Je garde l'espoir que ce soit le cas, parmi les citoyens à défaut de nos dirigeants.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

claireopale 01/11/2008 12:38

bonjour
Je suis d'accord avec votre point de vue sur la première génération et ses descendants.
J'ai beaucoup de respect pour ceux ci.
En général, la descendance c'est bien intégré.
Malheureusement, les derniers arrivants voire Les générations des années 80 ET 90, sont le témoignage d'une politique d'immigration regrettable et honteuse. A vouloir accueillir en nombre et dans n'importe quelle condition alors que les structures et les finances ne suivent nous allons droit dans le mur.....
NOus le voyons déja, quand réagirions nous, nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde.....
bien à vous
Claire

Claireopale 31/10/2008 18:40

bonsoir

J'ai honte pour vous! bien fait, dites vous...
Vous salissez vos ancetres!!!
parler du colonialisme, alors que la génération dans ces stades ca leur passe au dessus de la tête....vous reagissez comme les intellos gauchos en mal de reconnaissance...
bien à vous
Claire Opale

Lynette 01/11/2008 10:54



Bonjour Claire

Merci d'avoir exprimé votre point de vue, je comprends tout à fait que l'on ne puisse pas être d'accord avec mon petit billet d'humeur.
Mais quand j'emploie l'expression "c'est bien fait", ce n'est pas contre la Marseillaise en elle même, mais pour nous amener à réfléchir sur les raisons sous-jacentes du malaise.

Ces supporters, même s'ils sont jeunes pour la plupart et entrainés par un effet de groupe, envoient un message. Pour moi, ce n'est pas faire de la politique, c'est reconnaitre qu'une partie de nos
concitoyens issus de l'immigration sont mal dans leur peau en France. Et que la situation n'est pas nouvelle, elle s'inscrit dans la continuité de l'histoire sociale française.

Connaissez vous la psychogénéalogie, les phénomènes transgénérationnels ?
En résumé, dans une famille, les anciens transmettent aux plus jeunes des récits, des savoirs, mais aussi des émotions plus inconscientes.
Les immigrés maghrébins de la première génération ont travaillé dur, très dur pour être parqués dans des foyers de travailleurs avec un salaire bien inférieur aux ouvriers français. Ces mêmes
personnes, dans leur majorité, ont eu le courage et la dignité de transmettre à leurs enfants le respect de la France et de la valeur travail (cf. par exemple le livre de Yamina Benguigui
"mémoires d'immigrés", ou encore "la graine et le mulet", film d'Abdellatif Kechiche). Mais leurs enfants ont également perçu un malaise, une certaine tristesse. C'est en partie contre le
traitement infligé à leurs ainés que les plus jeunes se révoltent aujourd'hui. (il n'y a pas que ça bien sur) 

Je suis peut être idéaliste, mais tant qu'à rendre hommage à un symbole de la nation et à mes anciens, je préfére notre devise "liberté, égalité, fraternité".
Amicalement, Lynette