Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 22:58



C'est pourtant avec intérêt que j'ai allumé mon poste de télévision ce soir pour regarder Envoyé Spécial, et particulièrement le reportage intitulé "expulsions mode d'emploi". 
Devant la bande annonce, je m'étais dit : "tiens, les médias s'intéressent enfin à la question des sans-papiers..." Mais je me demandais aussi sous quel angle elle serait abordée...

Le magazine de France 2 chercherait t'il à faire du journalisme d'investigation, à dénoncer certaines situations, ou au contraire à brosser le gouvernement dans le sens du poil et rassurer l'opinion ?

En guise d'introduction, les présentatrices annoncent un reportage "inédit", des "'images rares", en soulignant que pour les journalistes de l'émission, les "portes se sont ouvertes". Pourtant le sujet est sensible, je commençais à avoir la puce à l'oreille...

Ayant à présent quelques connaissances sur le sujet, d'un point de vue législatif notamment, c'est avec un oeil un peu plus plus averti que j'ai visionné le reportage. Et je dois dire que plusieurs choses m'ont frappée :

- Tous les policiers filmés sont courtois, calmes, "professionnels". 
Dans les premières minutes, lors d'un embarquement dans l'avion, l'agent explique au futur expulsé "qu'il est là pour que ça se passe bien", puis ajoute "que s'il a besoin de quoi que ce soit il peut lui faire signe " !
Plus tard, la caméra entre dans un centre de rétention, la journaliste demande : "comment gère t'on des familles avec des enfants dans les centres de rétention" ? L'agent répond, l'oeil brillant, habité par sa mission :  "avec beaucoup d'humain"... Il fallait oser.

- Dans de nombreuses autres séquences, en revanche, des scènes d'agressivité de la part des futurs expulsés sont montrées. Un étranger albanais menace de bruler l'avion dans lequel il est embarqué, une jeune femme (ligotée) hurle indéfiniment "je ne pars pas", tandis qu'au centre de rétention, un retenu jette son repas par terre...

- D'autres passages tendent également à montrer que les étrangers s'installant en France profitent des richesses de notre pays. Dans le tout premier témoignage, le malien expulsé explique qu'il a pu envoyer beaucoup d'argent au "pays", de quoi construire deux maisons. Et qu'il n'est donc pas triste de rentrer.

Concernant la séquence sur les "Roms", et le "retour humanitaire" proposé (en fait une aide financière et un aller simple en bus pour la Bulgarie ou la Roumanie), une personne annonce qu'elle gagne davantage à toucher 500 euros de CAF tous les mois, et que ça ne l'intéresse donc pas. Un autre accepte en expliquant qu'il placera la somme sur un compte au pays puis qu'il reviendra en France...



Ce reportage me met donc mal à l'aise, car les étrangers y sont trop souvent présentés comme des profiteurs, des tricheurs, voire des gens dangereux, face aux institutions qui "font leur travail", dans un "état de droit". 

Je ne conteste pas qu'il puisse y avoir de la violence chez les personnes arrêtées, retenues, ou expulsées. Mais il faudrait se demander si cette violence n'est pas davantage liée aux situations, aux contextes dans lesquels elles se trouvent. 

Essayez de rassembler 150 hommes dans un batiment clos, pendant 15 jours... (Déjà que 90 minutes dans un stade de foot ça nécessite parfois 2000 policiers...) Quand aux comportements de rébellion, quelle serait votre réaction si vous étiez dans une telle situation, arraché brutalement à ce qui était votre vie, vos amis, votre famille, votre travail, vos projets... N'essayeriez vous pas de lutter avec l'énergie du désespoir ? 
Aussi, je suis choquée par les propos de l'un des policiers : "vous avez le droit de faire votre cirque...", commentant ensuite à la caméra : "elle refuse tout ce qu'on lui propose pour partir dans la dignité..."

Je constate enfin qu'à aucun moment, la parole n'est donnée aux associations. Pourtant, dieu sait qu'elles jouent un role important. Auraient-elles eu un discours politiquement incorrect ?



A la fin de reportage, il me semble détenir une clé, en écoutant la journaliste qui a mené le projet :

Guylaine Chenu : Agnès, dites nous comment vous avez réalisé ce reportage, comment les portes se sont elles ouvertes ?

Agnès Vahramian : Nous avions demandé les autorisations au mois d'octobre, les deux ministères de l'intérieur et de l'immigration ont réfléchi, nous avons commencé le tournage au 15 décembre. 

Nous avons beaucoup insisté, et finalement la décision a été politique. Les deux ministères se sont concertés pour un feu vert, ils nous ont donc ouvert les portes. Il n'y a pas d'images volées, nous avons filmé à chaque fois avec l'accord de l'administration.

Pourquoi l'ont ils accepté ? Tout simplement parce que nous avons expliqué que nous voulions faire de la pédagogie, montrer le processus de la reconduite à la frontière de l'interpellation jusqu'à l'avion. 

Et pour le ministère de l'immigration pris dans une polémique à ce moment là sur les chiffres, c'était aussi l'occasion de montrer que ce processus est complexe, qu'il est lourd, et que l'administration n'est pas la seule à prendre sa part dans les reconduites aux frontières, qu'il y a des magistrats, que la France doit aussi compter avec les pays d'où proviennent ces immigrants, et que sans doute c'était une façon de désamorcer dans une certaine partie la polémique..
.

"La décision a été politique", "nous voulions faire de la pédagogie", "c'était sans doute une façon de désamorcer la polémique"... 

C'est beau le journalisme d'Etat.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dan 09/02/2008 21:15

Oui j'ai également regardé ce reportage. J'ai été scandalisé par le manque d'humanité. Ils traitent les personnes comme si c'était des animaux. Et quand la personne pleure dans l'avion... le policier ne trouve rien de mieux a répondre aux passagers inquiets que:

- Ne vous inquietez pas, elle va s'arreter quand lavion aura décollé.

Alors effectivement, elle fini par s'arreter de pleurer mais pas pcq l'avion a décollé, simplement par épuisement.

Si ca ce n'est pas de la maltraitance...qu'est ce que c'est?!

En tout cas je t'ai rajouté a la communauté.

Bisous collegue.