Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 00:40

magyd-photo.jpg


Théâtre Ste Marie d’en Bas dans le vieux Grenoble, en ce jeudi 17 janvier 2008. 
Le festival « paroles de chanteurs » accueille Magyd Cherfi.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, il est l’ancien parolier du groupe toulousain Zebda, qui a connu son heure de gloire en 1998 avec le tube « tomber la chemise ». Mais ce serait faire insulte à son talent de le résumer à cette chanson, aussi festive soit-elle.

Car Magyd Cherfi est un artiste engagé, un vrai, tout comme Brassens l’était en son temps. 
Depuis quelques années, il poursuit une carrière solo, a sorti deux albums ("Cité des étoiles", puis "Pas en vivant avec son chien") et écrit des livres. Le ton s’est fait plus intimiste, plus proche de ses convictions également. Il dépeint avec tendresse et ironie son enfance, ses racines méditerranéennes au carrefour de plusieurs cultures, et la société française au travers de petits riens de la vie quotidienne…

Ce qui est remarquable avec Magyd, c’est qu’il est fédérateur, rassembleur autour des valeurs auxquelles il croit : tolérance, respect, fraternité. Celles-ci transpirent dans chacune de ses chansons, par ailleurs mélodieuses et bien arrangées, mélangeant les styles, du reggae au rock en passant par le bal musette… Il s’amuse avec les mots, le public, les musiciens, fait rire la salle rapidement conquise, par exemple lorsqu’il répète tout au long du spectacle que « non, il ne parlera pas de Sarkozy ! », ou qu’il se balade dans le public un panier à la main, offrant un petit gâteau aux spectateurs les plus zélés… 

Ses musiciens sont excellents (des p’tits jeunes « trouvés par hasard à la gare de Matabiau »…).
Son spectacle est intense et spontané, c’est un moment rare qui permet de reprendre espoir en un militantisme positif vers une société plus égalitaire.

Un artiste d’intérêt public, pour l’instant encore confidentiel. Moi j’suis fan.
Garde précieusement tes idéaux Magyd, chapeau l’artiste, et courage, la route est encore longue.

 

Post scriptum : Pour vous donner une idée du répertoire de l'artiste, voici un extrait de l’une de ses chansons, pour moi la plus émouvante, du temps où il chantait encore avec Zebda. 
Malheureusement, c’est mon seul regret, il ne l’a pas chantée ce soir...

CA… LA FAMILLE (extraite de l'album "Utopie d'occase" sorti en 2002)

Je peux vous dire, qu’on a eu du bol on n’est pas nés à Vitrolles
Et quelle chance, on n’était pas de Dreux nous on était nombreux
On n’était pas deux mais peut être un million
Autant que de vermicelles dans le bouillon
Mettez tout ça dans une cocotte en papier
Ca vous fait une idée de c’qu’était le quartier

Pas qu’on était des ogres, un peu désagréables
On voulait juste qu’on vienne nous dire à table
Et tout le temps pressés, par des envies pressantes
Nous fallait qu’on se mette dans la file d’attente...

Refrain : 

C’était... ça la famille, qui... partait en vrille
Cent garçons, quand y avait pas trois filles
C’était... ça la famille et quand fallait qu’elles s’habillent
Cent garçons avaient peur de trois filles
C’était... ça la famille et quand fallait qu’elles s’habillent
Cent façons, de partir en vrille

[…]

C’était pas une maison mais un hall de gare
Et moi j’étais au milieu de la bagarre
Mais je suis sur que ces êtres de mon moulin
A peine entrés en sont sortis plus malins
Et c’est dans ces familles que l’ainé et le plus petit
Payaient cash et personne ne venait leur dire merci…

Partager cet article

Repost 0

commentaires